Médiation en santé en Haute Vallée de l’Aude (Médecins du Monde)

France Occitanie
Voir / télécharger le ficher
Rapport-dactivites-2019-HVA-VF_avec-compression

Le projet en bref

Action de médiation en santé en direction des personnes les plus vulnérables (création de lien de proximité pour objectif de faciliter l’accès aux droits, à la prévention et aux soins).

Objectifs

Objectif général : participer à lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé, en contribuant à améliorer l’état de santé des personnes en situation de précarité vivant en milieu rural sur le territoire de la Haute Vallée de l'Aude.

Objectifs spécifiques :
- Favoriser l’autonomie en santé des personnes en situation de précarité sur ce territoire et renforcer leurs capacités à accéder aux droits et au système de santé de droit commun.
- Améliorer l’accès à la prévention et au dépistage pour les personnes en situation de précarité vivant sur ce territoire

Contexte (problématiques de territoire, public cible)

La Haute Vallée de l’Aude est une zone rurale de moyenne montagne, située au Sud-Ouest du département de l’Aude, aux limites de l’Ariège et des Pyrénées Orientales. Le territoire visé par le projet comprend la Communauté de Communes des Pyrénées Audoises et une partie de celle du Limouxin (l’ex-Pays de Couiza). Cela représente 86 communes réparties sur plus de 1200 km2 et rassemblant plus de 19000 personnes. Cela correspond à la faible densité de population de 16 habitants au km². La ville la plus importante regroupe 3 400 habitants. Seulement trois autres communes comptent plus de 1 000 habitants.

Médecins du Monde a réalisé en 2015 un travail de diagnostic territorial qui a mis en évidence de nombreux facteurs de vulnérabilité en santé : isolement et difficultés de déplacement; faiblesse des revenus sur le territoire; faible densité d‘offres de soins et de prévention ; retrait de services publics permettant l’accès aux droits ; présence de publics éloignés du système de santé

La médiation en santé s'adresse à la fois :
- à toute personne en situation de précarité présentant des difficultés d'accès aux droits, aux systèmes de prévention et de soins. Isolement géographique, familial ou social, pratiques à risques, environnement sanitaire défavorable, précarité, méconnaissance du système de santé, difficultés liées à la barrière du numérique... constituent autant de facteurs de vulnérabilité pouvant conduire à une rupture dans l'accès au droit commun. Parmi les personnes accueillies, les profils rencontrés sont variés : bénéficiaires des minimas sociaux, personnes seules, retraités, jeunes en errance, néoruraux, usagers de produits psychoactifs...
- aux institutions/professionnels qui interviennent dans le parcours de soins de ces populations (méconnaissance de la précarité, complexité administrative, difficulté d’adaptation du système, contraintes de service…). La médiation a pour objectif de sensibiliser les acteurs de la santé aux obstacles rencontrés par le public pour une meilleure prise en considération de leurs spécificités.

Actions menées

La médiation en santé constitue un lien de proximité qui a pour objectif de faciliter l’accès aux droits, à la prévention et aux soins des personnes les plus vulnérables et de contribuer à l’amélioration des dispositifs et de l’accueil de ces personnes dans le système de santé. Elle repose sur l’intervention d’une tierce personne, le médiateur, qui joue un rôle d’interface temporaire entre le patient et les professionnels de santé pour favoriser le retour de celui-ci vers le droit commun.

1 . Repérer et Accompagner les personnes en situation de précarité dans leur démarche d’accès à la santé
•Organisation des permanences médico-sociales en proximité, décentralisées dans différents points du territoire visé
• Proposer au sein des permanences décentralisées une consultation sociale d’accès aux droits de santé ainsi qu’un entretien de santé destiné à échanger autour des ruptures dans le parcours de soins et remobiliser sur des sujets de santé délaissés
• Aller au-devant des personnes les plus éloignées du système de santé et qui ne se déplacent pas sur les permanences décentralisées (possibilité de déplacements à domicile, présence lors des distributions de colis alimentaires, déambulation sur lieux fréquentés par le public)
• Une fois le lien établi, évaluation des besoins sociaux et de santé pour identifier, avec la personne, ses difficultés d’accès à la santé, et rechercher les solutions adaptées.
• Orientation des personnes accueillies vers les structures locales adaptées, avec la possibilité d’aider à la prise de rendez-vous et de préparer la personne sur l'expression de ses besoins
• Accompagnement physique, si nécessaire, la personne vers les structures locales adaptées.

2. Promouvoir la prévention primaire, de dépistage et de réduction des risques
• Délivrance des conseils de prévention personnalisés lors des entretiens de santé, avec une attention particulière sur les aspects Santé Sexuelle et Reproductive (SSR) et les consommations de produits psychoactifs
• Proposition de la réalisation de TROD (Test Rapide d’Orientation de Diagnostic) VIH et VHC, en lien avec le CeGIDD, le service des maladies infectieuses et la PASS du CH
• Co-construction avec les usagers d'actions collectives de promotion de la santé, et en partenariat avec les acteurs du territoire

3. Développer l’implication du public accueilli sur l’accès à la santé
• Organisation d'espaces d’échanges avec les personnes accueillies pour favoriser l'expression sur les difficultés rencontrées dans le système de santé
• Identification des personnes ressources pouvant devenir des relais communautaires
• Soutien pour la mise en place d’un groupe représentatif d’usagers du système de santé

4. Favoriser la coordination des professionnels de santé, des travailleurs sociaux et des acteurs associatifs
• Répertorier les possibilités de prises en charge sur les aspects médicaux et sociaux par les acteurs locaux et alimenter un fichier partenarial afin de mieux orienter les usagers
• Identifier les difficultés d’orientation des situations individuelles
• Faire le lien avec les acteurs du social et de la santé impliqués sur les situations individuelles suivies
• Organiser des temps d'échanges réguliers avec les partenaires locaux : réunion d’interconnaissance, de partage d’informations, de retour d’expériences et de co-construction d’actions communes
• Participer à la structuration et à l'animation d'un Réseau Santé Précarité

5. Améliorer la connaissance des caractéristiques de la précarité en milieu rural et favoriser la prise en compte par les acteurs institutionnels
• Mettre en place un recueil de données médico-sociales
• Recueillir des témoignages de situations individuelles anonymisées sur les difficultés d’accès à la santé
• Analyser les principaux freins et obstacles à l’accès à la santé des personnes en précarité sur le territoire visé et leurs conséquences sur l’état de santé
• Documenter les conséquences en matière de santé du retrait des services publics en zone rurale
• Mener des actions de plaidoyer auprès des autorités sanitaires et des collectivités territoriales

Financements

Département de l'Aude 10 000 €
Caisse régionale Crédit Agricole Languedoc 4 000 €
Fondation Michelin 38 500 €
Fondation NEHS 49 000 €
Coût global (en Euros) : 162 000 €

Moyens humains et partenaires

Humains :
2 salariés à temps plein (1 coordinatrice et 1 médiateur santé), appui de la délégation régionale (0,1 coordinateur régional et 0,1 assistante de délégation)
une équipe pluridisciplinaire d’une quinzaine de bénévoles (médecins, infirmières, "TRODeur", travailleurs sociaux, accueillants, chargés d’accompagnement)

Matériels :
1 véhicule
2 téléphones portables, qui peuvent être mis à disposition du public pour contacter les partenaires
3 ordinateurs portables, qui peuvent servir à accompagner les personnes dans leurs démarches
1 imprimante

Autre information

Année de lancement : 2016

Points de vigilance, écueils à éviter, facteurs de réussite

Le programme de médiation en santé facilite l'accès à la santé des personnes en précarité mais n'intervient pas directement sur l'offre de soins du territoire. Les entretiens de santé sont des temps de remobilisation autour de la santé mais ne sont pas des consultations médicales.
Enjeu de la posture pour favoriser l'autonomie en santé. S’intéresser à son état de santé, acquérir des connaissances préalables aux changements de comportements, accepter de se faire soigner, être en capacité d’établir des relations satisfaisantes avec les soignants et les travailleurs sociaux sont des étapes qui s’inscrivent dans la durée. Le renforcement des capacités se fait au rythme de la personne qui doit se sentir en confiance.

Structure

Médecins du Monde (Association (loi 1901) )
rue Carnot
11500 QUILLAN
0760252349 mf.hautevalleedelaude@medecinsdumonde.net
Contact : Flavienne Mazardo-Lubac
https://www.medecinsdumonde.org/fr/contact/languedoc-roussillon-0